Yaoi Boys Index du Forum
Yaoi Boys
Romances yaoi-BL
 
Yaoi Boys Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: La photographie, le graphisme, l'écriture ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yaoi Boys Index du Forum -> Coin liberté -> Petit Coin Artistique -> Autres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ame
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2014
Messages: 22
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 01:39 (2014)    Sujet du message: La photographie, le graphisme, l'écriture Répondre en citant

 
 
 

 
 
 
Donc voilà j'ai vue que d'autre avaient posté des photo et je me suis dit yeah ! Rare les forum ou on peut posté nos talent de photographe lolll. Bon alors comme je l'ai écris dans ma présentation j'aime la photographie. À l'adolescence j'ai pris des cours pendant 4 ans. Quatre superbe années d'ailleurs ou j'ai pu m'exprimé grâce au photo. Bref je vais principalement posté des photos et des fois du graphisme j'en fais un peu et ben de l'écriture ben j'adore écrire voilà lollll.

Je suis pas une pro donc c'est pas la perfection, mais la perfection n'existe pas non ? Je n'ai pas d'appareil professionnel, j'utilise un Sony Cyber-Shot, mais si j'avais de l'argent je m'achèterais un Nikon ou Canon. Certaines photos sont de moins bonne qualité, elles ont été faites avec un appareil Fujifilm et à l'époque le HD sur les appareil photo n'était pas disponible lolll. J'utilise aussi un Samsung Galaxy S3 pour faire de la photo. Bref voilà des photos suffit de cliquer dessus pour voir en plus grand. Les photos ont été prise en grande partie dans ma ville à Rimouski et alentour : Ste-Luce, Matane, Percé, Québec, Saint-Donat et Trois-Pistol. 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
Donc voilà quelques photo je vais maintenant mettre en spoiler un texte que j'ai écris pour un concours je n'ai malheureusement pas été choisis, mais c'est pas grave héhéhéh.  
 
 
 
 
 
L'ombre du couloir 
 
 
  Telle une âme sans corps, on ne l'avait pas remarquée avant aujourd'hui. L'avait-on seulement aperçue? Elle n'était qu'une ombre furtive dans ce couloir où passaient tant de gens qui ne la voyaient pas ou faisaient comme si elle n'existait pas. Elle n'était qu'une figurante dans le triste film qui était sa vie. On la bousculait dans les couloirs, on lui crachait insultes et salives comme si elle n'était qu'un parasite. Elle s'était fait voler ses effets personnels tellement souvent qu'elle ne s'en faisait même plus avec cela. Comme un animal en cage, elle ne faisait qu'encaisser... C'était les seules fois où les gens lui accordaient de l'attention. Elle était comme un fantôme dans ces couloirs, elle avait tant souhaité disparaître pour que cet enfer s'arrête complètement, mais elle avait toujours reporté ce départ au lendemain. Elle continuait à souffrir dans le silence le plus total; derrière le sourire qu'elle accordait à tous, elle cachait toute sa douleur. Comme un chat errant et malpropre, personne ne voulait d'elle dans son cercle d'amis. Juste parce qu'elle était différente... Elle n'avait pas un look extravagant, c'était plutôt banal et simple. Était-ce seulement une raison pour la rejeter? Cette différence était-elle la source de ses malheurs? Pourtant, cette jeune fille ne demandait qu'une chose : être acceptée pour ce qu'elle était.   Elle avait eu un espoir quand « lui » était arrivé. Dès son premier jour à l'école, il lui avait adressé la parole tout simplement : «Tu sais où est la salle de français ?» Cette simple question la bouleversa, qu'un étranger puisse lui adresser la parole la décontenança. Elle réussit néanmoins à lui répondre : «Oui, j'y vais justement.» Elle s'était finalement fait un ami, elle ne pouvait pas y croire. Est-ce qu'enfin la chance pourrait lui sourire réellement ? Sept années de torture. Elle avait tant enduré. Cela la rendait mélancolique de voir que les humains pouvaient être si cruels. Jamais aucun autre être vivant ne pourrait être capable de subir autant. Toutes les insultes qu'elle avait entendues; toutes plus blessantes les unes que les autres. Est-ce que seulement une seule personne dans cette école avait conscience de tout le mal et la tristesse qu'elle ressentait. Heureusement, elle avait maintenant un ami qui veillait sur elle comme un frère sur sa petite sœur. L'encourageant à ne pas baisser les bras, «lui» répétait sans cesse : « N'abandonne pas tu es forte. Même si tu arrives au bord du précipice ne saute pas en bas.» Comme une marionnette, elle avait hoché la tête pour le rassurer.
 
 
Cette idylle ne dura qu'un temps, un jour «lui» partit, quitta l'école. Si seulement quelqu'un avait pu voir toute la détresse de cette demoiselle à ce moment-là. « Lui » l'avait comprise, mais il était parti sans se retourner comme un chat qui délaisse son maître parce qu'il a trouvé meilleur foyer. Tels des chasseurs, les autres en avaient profité pour la traquer de nouveau; c'était tellement amusant de voir la douleur sur son visage. Ce qui n'était qu'un simple jeu était devenu un cauchemar. Telle une nonne elle se cloîtra, un mois durant. Comme un vampire craignant la lumière du jour, elle refusait de sortir de chez elle. Elle ne voulait tellement plus se voir que le moindre miroir l'effrayait. Pareille à une lépreuse, elle ne voulait plus que personne ne pose le regard sur elle. Sortir, qu'est-ce que c'était déjà? Se lever était devenu impossible, clouée au lit elle n'y parvenait pas. Chaque nuit, elle ne souhaitait qu'une chose : que tout cesse, que toute chose s'arrête. Elle continuait de se battre contre la vie, mais c'était un combat qu'elle avait déjà perdu.
 
«Ma chérie, que t'arrive-t-il ? Pourquoi ne veux-tu pas me parler ?» Parler à ses parents était alors pire qu'une corvée, surtout si elle devait tout raconter : le vrai, le senti, la fabulation et le concret. Ils étaient dans l'ignorance la plus grande, ils avaient pourtant essayé de décrypter leur fille, mais cela n'avait rien donné. Ils savaient que leur progéniture éprouvait de grands troubles, mais ils étaient incapables de les sonder. Sa mère ressentait l'alanguissement de sa petite au plus profond d'elle-même. Pour ne pas les inquiéter davantage elle préférait tout garder pour elle : «Tout va bien, ne vous inquiétez pas.» Ils avaient cru en ce sourire qui démontrait si bien une joie feinte, comme tant d'autres avant eux. Au plus profond d'elle-même elle espérait néanmoins qu'ils verraient à travers le masque lisse hérité d'années de souffrances silencieuses.
 
Un casier vide... Des fleurs de papier collées sur la porte... Des bouts de papier de couleur avec des inscriptions du genre : "Tu vas nous manquer, on t'aime!" Des photos de gens qui ne lui avaient jamais adressé la parole... Tous ses agresseurs regrettent maintenant ce qui s'est passé et pensent à cette jeune fille qu'ils avaient traitée comme une moins que rien juste pour la voir souffrir. Réelle affliction ou tristesse feinte pour sauver la face? Ils sont les seuls à le savoir.
 
Elle est morte un jeudi... Alors qu'elle était seule à la maison, elle s'est ouvert les poignets après avoir écrit: "Si j'avais pu être différente, je l'aurais été... si dans le futur on pouvait protéger les jeunes d'une telle souffrance ce serait tellement mieux. Je n'en peux plus de souffrir, de voir ces gens me ridiculiser... je ne peux plus continuer, j'en suis incapable. Aidez les victimes d'intimidation."
 
C'est ce qu'elle avait toujours espéré, que quelqu'un l'aide et prenne sa défense, mais jamais on ne l'avait fait. Pétrifiée par la peur d'une société qui a trop de préjugés, elle a décidé d'abandonner. Peut-être qu'en 2011, il serait temps de repenser à ce qui se passe dans nos écoles et partout ailleurs... Ce n'est pas parce qu'une personne est différente physiquement qu'elle doit subir tout ceci. Réfléchir avant de dire quelque chose ou juste penser à l'impact que nos paroles peuvent avoir sur la personne pourrait changer tellement de choses...


Graphisme 
Pour ce qui est du graphisme à la base j'utilisais Photoshop CS3 et maintenant j'utilise photofiltre studio X, je suis vraiment pas une pro à se niveau lolll, mais ça m'occupe :P 





 






Wallpaper les tailles orignal sont de 1920 x 1200 et 1600 x 900



 

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 01:39 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
GPelka
Team

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2013
Messages: 2 318
Féminin
Si j'étais une série, je serais: The 100
Si j'étais héros ou héroïne de Walt Disney: Mushu
Si j'étais dans Sekai ichi Hatsukoi je serais: Yokozawa
Si j'étais dans Naruto je serais: Tsunade
Si j'étais dans Junjou Romantica je serais: Usagi

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 15:59 (2014)    Sujet du message: La photographie, le graphisme, l'écriture Répondre en citant

Ahh.. Je connais très bien ces paysages.. ^_~
Jolis photos et montages.
Pour le texte, il est très touchant.
Je déteste l'intimidation et l'ampleur du problème est hallucinant.
Quand j'ai vu l'année dans le texte, j'ai pensé automatiquement à "Marjorie".
_________________


Revenir en haut
Ame
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2014
Messages: 22
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 18:00 (2014)    Sujet du message: La photographie, le graphisme, l'écriture Répondre en citant

Alors merci... 
Oui Marjorie... en fait quand j'ai finis d'écrire mon texte et la correction 
Le lendemain j'apprenais qu'une jeune fille Marjorie c'était suicidé. J'ai été vraiment choquer, j'ai quand même envoyé mon texte. 
L'intimidation j'en est moi même souffert -___- et ça me tient vraiment à coeur la prévention. 
Les gens se rendre tellement pas compte d'a quel point ça peut briser des vies =( 
_________________


Revenir en haut
GPelka
Team

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2013
Messages: 2 318
Féminin
Si j'étais une série, je serais: The 100
Si j'étais héros ou héroïne de Walt Disney: Mushu
Si j'étais dans Sekai ichi Hatsukoi je serais: Yokozawa
Si j'étais dans Naruto je serais: Tsunade
Si j'étais dans Junjou Romantica je serais: Usagi

MessagePosté le: Jeu 17 Juil - 21:38 (2014)    Sujet du message: La photographie, le graphisme, l'écriture Répondre en citant

Ah ! Désolé de l'apprendre.
On dirait que cela s'aggrave d'années en années.
J'ai vu l'une de mes sœurs en souffrir et disons que souvent les gens ne veulent pas voir ou s'en mêler.
Exact, ils ne s'en rendent pas compte jusqu'à ce que cela touche un membre de leur famille ou qu'ils le vivent.
C'est triste de voir aussi que les commissions scolaires ne fassent pas plus de prévention, ils aiment mieux se voiler la face et dire que ce sont des problèmes d'ados.
OU encore de dire que la victime faisait également de l'intimidation...
_________________


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Yaoi Boys Index du Forum -> Coin liberté -> Petit Coin Artistique -> Autres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com